archives rpg

archives de personnages, rps, et fiches de low
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 on a walkabout ▼ prio jay

Aller en bas 
AuteurMessage
safari lunaire
Admin
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 08/05/2016

MessageSujet: on a walkabout ▼ prio jay    Jeu 18 Jan - 22:12


a detective of perspective i need to try to get
a bigger eye i could learn the art of life.


Le soleil couchant l'aveuglait légèrement, mais il l'ignorait comme il pouvait. Il fermait les yeux, laissant au moins les rayons lui réchauffer le visage un minimum. Il détestait les soirs de printemps, car lorsqu'il rentrait un peu plus tard que d'habitude quand il devait faire les courses, il se prenait le soleil dans la gueule parce qu'il était pas foutu de se coucher à une autre heure, et en plus il faisait froid. Il pédalait le plus rapidement qu'il pouvait, laissant ses sacs plastiques remplis de bouffe se balancer du bord des poignées du guidon et taper contre son vélo. Il s'en foutait du bruit que ça faisait. Il avait chaud, il était fatigué, tout ce qu'il voulait, c'était rentrer chez lui. Il ne pouvait arrêter de penser au projet assigné par son prof le jour même. Il pouvait pas faire un projet comme ça, il n'avait pas le temps, ni la motivation. Et il était super fainéant dans le fond. En plus, les documentaires c'était pas ce qui l'intéressait le plus.

Il soupira, s'arrêtant à un feu rouge, fixant ses pieds avec des yeux à moitié fermés. Il avait commencé à pleuvoir. Amadeus regardait les gouttes tomber lentement sur le sol, mouillant ses cheveux, ses épaules, ses mains glacées. Il n'en pouvait plus. Le feu passa au vert et il recommença à pédaler, serré entre deux voitures et laissant la pluie battre son visage. Il sourit légèrement, appréciant le vent qui lui caressait la peau. Il commençait à avoir froid, mais il s'en fichait. C'était enfin le weekend. Le lendemain il pourrait dormir et passer son après-midi aux expos gratuites de la ville. Il tourna rapidement pour rejoindre la ruelle à droite et ses roues glissèrent légèrement, envoyant des frissons de surprise au garçon. Il s'arrêta et se réfugia sous un abri d'immeuble. Il pleuvait des cordes et il n'était pas sûr de pouvoir rentrer chez lui à vélo de peur de se casser la gueule.

Il prit son vélo par le guidon et le fit rouler le long du mur, tentant de rester protégé par les balcons et les abris de terrasses de restaurant. Il était encore à dix minutes de marche de chez lui et il en avait franchement marre. Les gouttes de pluie tombaient de ses cheveux et mouillaient son nez, et il passa une main sur son visage, fronçant les sourcils et plissant le nez. Elle faisait chier, la pluie, pour le coup. Il regarda autour de lui. Il n'y avait plus d'abris, et s'il avançait encore, il se ferait complètement saucer. Il observa les boutiques ouvertes en face de lui. Il pourrait se réfugier dans l'une d'elles, prétendant être intéressé, en attendant que la pluie passe. Il soupira, penchant la tête pour essayer de discerner ce que c'était celle en face de lui. Derrière la vitre il pouvait voir des livres étranges, des statuettes, quelques symboles. Il se sourit à lui-même, se demandant ce que ça pouvait bien être cette boutique mystérieuse. Il courut jusqu'à la porte, posant son vélo contre le mur humide et laissant ses sacs de courses sous la pluie. Il n'avait aucunement envie de s'encombrer avec.

Lorsqu'il poussa la porte, la petite clochette située au-dessus de celle-ci fit un petit « deling » très énervant. Il entra lentement, regardant curieusement autour de lui tout en essuyant ses pieds sur le tapis. Il n'y avait personne d'autre, même pas de personnel, et il faisait un peu sombre. Il observa les livres et les objets posés sur les étagères, les images sur le mur, les statues un peu partout. Il trouvait cette boutique franchement curieuse, il n'avait jamais vu une chose pareille, et il se demandait bien ce qu'étaient toutes ces choses étranges. Il se pencha pour lire les couvertures des livres - « tout savoir sur le paranormal », « l'ésotérisme », « livre des médiums », « la philosophie occulte », etc. - mais ça ne l'avançait pas tellement plus. Tout en vagabondant à travers la boutique, essayant de ne toucher à rien, il se dit que ça pourrait être un bon sujet pour son projet après tout. Il pourrait poser des questions au propriétaire, s'il se montrait, mener sa petite enquête. Il entendit de légers bruits de pas derrière lui et se retourna. De l'autre côté de la caisse se trouvait un jeune homme, peut être plus âgé que lui, avec des cheveux bouclés et un peu fous, qui rangeait de petits objets qu'Amadeus ne pouvait pas voir - il était tellement myope.

« Bonjour. » il dit avec une légère hésitation, tentant un sourire.

Il s'approcha du comptoir, jetant un coup d'œil par la vitre pour vérifier que son vélo était toujours là avec ses courses, et regarda autour de lui, feignant l'intérêt pour ces choses étranges. L'homme - probablement le proprio - l'observait. Le jeune brun lui sourit une nouvelle fois, puis se mordit la lèvre.

« Depuis peu, je .. » commença-t-il lentement. « Je m'intéresse beaucoup à .. à - à l'ésotérisme. »

Il inspira, lui souriant une fois de plus, puis s'approcha d'une étagère et fit semblant de lire la couverture d'un des livres. Dessus était écrit « L'art de l'extase sexuelle » et il se frappa le front mentalement. Il le reposa rapidement, avant de tourner le dos à l'homme et de se diriger vers une autre étagère.


Dernière édition par safari lunaire le Jeu 18 Jan - 22:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lowarchive.forumactif.org
safari lunaire
Admin
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 08/05/2016

MessageSujet: Re: on a walkabout ▼ prio jay    Jeu 18 Jan - 22:13


why should i get involved, why should i
get excited? always faking interest.


Amadeus vagabondait à travers la boutique, regardant autour de lui, essayant d'avoir l'air occupé. Il ne savait pas vraiment comment commencer à questionner cet employé, il ne savait même pas quelles questions lui poser. En plus, il pleuvait encore dehors, donc il était encore coincé ici pour un petit peu de temps. Il s'éloigna du comptoir, avançant vers le fond de la boutique, qui menait à une pièce qui ressemblait à un salon. Il y avait des étagères remplies de livres, des fauteuils et des tables basses au milieu. Ça avait l'air sympa et confortable. Le jeune garçon s'aventura un peu plus loin, vers ce qui semblait être une cuisine. Il y avait pleins de sortes de thés partout, des tasses, des bocaux de graines, des biscuits. Clairement, c'était une boutique franchement spéciale. Il retourna dans le « salon » et regarda par la grande baie vitrée qui donnait sur une espèce de petite cour. Le verre était mouillé, et il faisait sombre, mais Amadeus pouvait distinguer une sorte de jardin, avec quelques fleurs, et comme un bac à sable géant. Vraiment très mystérieux. À sa gauche, il pouvait voir un escalier qui menait à un étage plus bas. Il retourna vers le devant de la boutique, toujours en regardant autour de lui et prenant une mine intéressée. L'homme était toujours là, et il l'observait, un sourire amusé au coin des lèvres.

« Je peux peut-être vous aider ? »

Amadeus le regarda, avant d'ouvrir la bouche puis de lui sourire le plus sincèrement possible tout en secouant la tête. Non, franchement, il avait pas vraiment besoin d'aide. Rien ne l'intéressait dans ce lieu étrange, et en plus, il y avait une odeur plutôt désagréable. Tout ce qu'il voulait, c'était rentrer chez lui.
Mais encore une fois, il y avait là un sujet intéressant pour son projet. Et il n'avait pas beaucoup d'autres options, ni beaucoup de temps. Il grimaça légèrement, réfléchissant un moment, fronçant les sourcils et se mordillant la lèvre. Il en avait marre, il avait passé une journée de merde, il pleuvait, il se faisait chier ici et ça puait franchement. Mais c'était étrange, curieux, intéressant, et lui qui manquait normalement de curiosité, il ne pouvait s'empêcher de se demander ce que ça pouvait bien être tout ça. Et puis il était certain que c'était un sujet qui intéresserait son prof.

Il regarda le jeune homme à nouveau, un grand sourire légèrement forcé étalé sur son visage. Il s'approcha du comptoir où il se trouvait encore, ramassa rapidement un petit quelque chose devant lequel il passait - c'était un totem de serpent, super - et le déposa dessus. Il sortit son porte-monnaie - déjà bien assez vide, ça le faisait chier de payer une fortune pour un truc qu'il ne voulait même pas en plus - souriant toujours au vendeur.

« Dites, » il jeta un coup d'œil à la petite statuette posée devant lui « Le serpent ... C'est quoi sa signification spirituelle ? »

Il ne pouvait retirer son ton légèrement moqueur. Il s'en foutait, de la spiritualité des bouts de bois, de la parapsychologie ou encore des sciences hermétiques ou quoi d'autre encore. Il trouvait ça franchement ridicule dans le fond. Mais il voulait paraître aimable, intéressé, et même s'il n'était pas certain d'être crédible, c'était toujours mieux d'essayer.
bloup:
 


Dernière édition par safari lunaire le Jeu 18 Jan - 22:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lowarchive.forumactif.org
safari lunaire
Admin
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 08/05/2016

MessageSujet: Re: on a walkabout ▼ prio jay    Jeu 18 Jan - 22:14


Le garçon avait les sourcils froncés, légèrement haussés tandis que le vendeur tentait de lui expliquer ce que signifiait cet animal. Il hochait légèrement la tête, ne comprenant pas la moitié de ce qui lui disait. Puis en vrai il s'en foutait, il lui avait simplement posé cette question pour avoir une idée globale du type de boutique dans laquelle il se trouvait et surtout ce qu'il était en train d'acheter. Il ne l'écoutait plus vraiment, il divaguait dans ses pensées, se demandant ce qu'il ferait de ça, se demandant si ses courses allaient survivre sous la pluie, s'il pleuvait toujours. Le jeune homme posa sa main sur la sienne alors qu'il allait le payer, et Amadeus la retira brusquement, faisant une moue légère. Le vendeur avait un sourire amusé.

« Mais je suis désolé, je ne peux pas te vendre ce totem ... Tiens, prends plutôt ça, » dit il en lui tendant une serviette, « et sèche-toi ! »

Amadeus la prit lentement, avant de la passer avec hésitation sur ses cheveux encore mouillés, sans quitter l'homme du regard. Celui-ci contourna le comptoir pour rejoindre le jeune brun, et posa une main sur son épaule. Il la haussa légèrement, baissant les yeux, un peu mal à l'aise. Même s'il l'était un peu, il n'aimait pas vraiment les gens tactiles.

« Et si tu allais t'asseoir dans le salon, je vais t'apporter quelque chose à boire de chaud. »

Amadeus commença à protester, secouant la tête et lui offrant un sourire tout en le remerciant, mais l'homme était déjà parti en direction de la cuisine. Le jeune homme soupira, penchant la tête en arrière et fermant les yeux. Il en avait marre de ce type débile et enthousiaste, il en pouvait plus de cette odeur nauséabonde, et ses courses étaient probablement en train de se noyer sous la pluie. Il prit le petit totem de serpent sur le comptoir, passa son pouce sur les petits détails gravés et les endroits où la peinture était plus légère. Il avait une belle couleur.

Il marcha en direction du salon, regardant autour de lui, cette fois avec un peu plus d'intérêt, se demandant ce qu'il pouvait bien raconter sur cet endroit. Il ne savait toujours pas quelles questions poser, surtout que sa tentative précédente avait résulté en une explication complètement incompréhensible. Il s'assit sur un des canapés, qui s'avérait extrêmement confortable. Amadeus sentit son dos s'enfoncer dans les coussins, et ferma les yeux un instant. Le canapé de son studio - s'il on pouvait appeler ça un canapé - était comme une brique contre ses membres fatigués et ça faisait une éternité qu'il ne s'était pas installé sur un nuage comme ça. Il savoura cet instant, inspirant, avant de se rendre compte qu'une nouvelle odeur avait envahi la pièce. Il ouvrit les yeux et aperçu le jeune homme qui marchait en sa direction avec deux tasses, souriant toujours. Le garçon posa le totem sur la table basse.

« Je ne peux vraiment pas vous l'acheter ? »

Il avait complètement changé de ton, sa voix était plus douce et posée, et l'intonation de sa phrase était plus implorante que méfiante. Son menton était légèrement levé, ses sourcils un peu ridés et sa bouche tordue tandis qu'il mâchouillait l'intérieur de sa joue. Ses yeux étaient toujours posés sur la petite statuette tandis qu'il passait une main derrière son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lowarchive.forumactif.org
safari lunaire
Admin
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 08/05/2016

MessageSujet: Re: on a walkabout ▼ prio jay    Jeu 18 Jan - 22:15


Le jeune homme tendit un des deux mugs au garçon, et ce dernier se rendit compte que cette odeur était celle du café. Il lui avait fait un café, sans lui demander ce qu'il voulait alors que c'était exactement ça, ce qu'il voulait. L'homme le regarda dans les yeux pour un court instant, avant de poser les siens sur le petit totem. Amadeus approcha la tasse de son visage, laissant l'odeur de café chaud emplir ses narines et la chaleur qu'il émettait lui caresser la peau. Il ferma les yeux à nouveau, se délectant de cette sensation, et se rendit compte qu'il avait un peu froid en fait. Il bu une petite gorgée, qui lui brûla légèrement la gorge, avant de poser la tasse sur ses genoux, la fixant tout en passant lentement son pouce sur la hanse.

« Non, désolé. Mais si tu y tiens tant, je peux te le donner. »

Le jeune brun releva les yeux pour regarder le vendeur. Il n'était pas sûr de comprendre. Il refusait de lui vendre cette statuette, mais il voulait bien lui offrir. Ça n'avait pas de sens. C'était surtout illogique, de la part d'un vendeur, de vouloir donner quelque chose qu'il pourrait très bien vendre. Amadeus fronça les sourcils, secouant légèrement la tête, mais se dit qu'après tout, il n'allait pas refuser cette offre.
Le jeune homme vint s'asseoir à côté du garçon, s'installant en tailleur et se tournant vers lui. Amadeus se redressa légèrement, encore un peu gêné de cette soudaine proximité, et fixa ses chaussures sales et trempées. L'homme buvait sa boisson - ça avait l'air d'être un thé - silencieusement, serrant la petite tasse entre ses mains, ne le regardant plus.

« Est-ce que tu peux me dire pourquoi ce totem t'intéresse ? Pourquoi tu tiens à l'acheter ? »

Ses yeux passaient de la statuette à lui, faisant des aller-retours entre les deux, cherchant comme une ressemblance, un lien peut-être. Il n'allait rien trouver.
Le jeune garçon fronça les sourcils à nouveau. À vrai dire, il ne le savait pas lui-même. Il avait ramassé ce totem au hasard, parmi tous les autres, il n'avait même pas fait attention à ce que c'était jusqu'à maintenant. Il ne savait même pas s'il l'intéressait tant que ça, au fond, pour lui ce n'était toujours qu'un bout de bois. Il releva les yeux vers cette petite statuette, avant de la prendre dans sa main. Pour une raison qu'il ne comprenait pas, il aimait la regarder, la toucher. Il adorait passer son pouce sur les petites gravures, contempler la couleur de la peinture. Il secoua la tête, ses yeux toujours vissés sur le totem, avant de la relever pour regarder l'homme.

« J'en sais rien en vrai. » il leva les yeux un moment, réfléchissant. « J'aime sa couleur. J'aime bien l'avoir. Je sais pas. »

Il garda ses yeux sur le plafond pour quelques secondes, avant de secouer la tête une fois de plus et de sourire, comme s'il réalisait le ridicule de ses propos. Il tourna la tête, cherchant quelque chose à regarder pour ne pas se perdre à nouveau dans la contemplation de la statuette, et posa ses yeux sur le jardin. Il faisait toujours très sombre, mais il ne pleuvait presque plus, alors il était plus facile de le discerner dans l'obscurité. Maintenant que le temps s'était calmé, il pouvait rentrer chez lui. Mais étrangement, il voulait rester sur ce canapé plus que confortable à boire ce délicieux café. Il ne comprenait pas vraiment ce qui le retenait ici mais il ne trouvait pas ça désagréable.

« Et aussi pourquoi faire semblant de t'intéresser à ma boutique ? As-tu vraiment une raison d'être entré ici en dehors de la pluie ? »

Amadeus tourna la tête pour regarder le jeune homme. Il lui souriait. Il tenta de lui rendre son sourire, mais il cherchait quoi lui dire. Il avait bien senti qu'il n'était pas très crédible, aussi le vendeur n'était pas si idiot que ça et avait vu plutôt clair dans son jeu. Le jeune homme s'avachit un peu, soupirant, se recroquevillant autour de la chaleur de la boisson bouillante.

« Bah ... Je m'intéresse hein. En vrai ça a l'air plutôt ... Cool. » il tenta un autre sourire, avant de se mordiller la lèvre. « Je voulais juste voir. Mais je peux partir si tu veux. »

Ses yeux redescendirent sur le totem entre ses doigts. Il prit une petite gorgée timide de café, continuant de se ronger l'intérieur de la joue. Il n'avait pas vraiment envie de sortir dans le froid à l'instant présent, mais s'il le brun continuait de lui faire subir un interrogatoire alors peut être qu'il valait mieux qu'il parte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lowarchive.forumactif.org
safari lunaire
Admin
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 08/05/2016

MessageSujet: Re: on a walkabout ▼ prio jay    Jeu 18 Jan - 22:15


i guess that i miss you, i guess i forgive
you. i'm glad that you stood in my way.
le lien est broken à cause du copyright bouh mais voici la chanson juste ici

Le jeune homme le fixait toujours. Ses yeux semblaient l’étudier, le décrypter d’une certaines manières, comme s’il cherchait à le comprendre parfaitement. Il suivait chacun de ses mouvements de son regard, détaillait ses yeux des siens, fixait sa bouche tandis qu’il parlait. Amadeus était un peu gêné sous ce regard fixe.

« Non, non, ne t’inquiète pas. Je suis désolé si je t’ai mis mal à l’aise. Tu peux rester ici aussi longtemps que tu voudras. »

L’homme but une gorgée, puis détourna le regard et fixa le totem un moment. Amadeus hocha la tête légèrement, marmonnant un remerciement. Le vendeur but à nouveau, silencieusement, et le jeune garçon regarda autour de lui. La boutique s’assombrissait en même temps que le ciel, car elle n’était pas très éclairée - question d’ambiance, il supposa. Mais il se rendit compte qu’il parvenait tout de même à découvrir de nouveaux éléments de la boutique, à voir des choses qu’il n’avait pas remarquée jusqu’à présent. Il se perdit dans la contemplation de chaque objet posé autour de lui, des décorations qui tapissaient le mur, le sol, les étagères, de l’odeur qui emplissait la pièce - et qui n’était finalement pas si désagréable.
L’homme se leva alors, le tirant de ses pensées. Il se dirigea vers un meuble, ouvrit une petite porte et introduit un disque dans la chaîne hi-fi découverte.
Une petite mélodie au piano commença alors, accompagné d’une voix de femme plutôt vibrante. Amadeus n’avait jamais entendu ce morceau, il n’écoutait pas énormément de musique; et même encore ne faisait pas souvent attention à ce qu’il écoutait. Il se souvenait de certains groupes qui lui plaisaient - Crystal Castles, Axis Of, Trust, Surface of Atlantic, que sais-je encore - mais n’avait pas vraiment plus exploré la question. Ce n’était pas une forme d’art qui l’inspirait tant, même s’il l’aimait pas mal.
Il inspira, laissant ce son plutôt doux entrer dans son esprit. Il ne savait pas si c’était l’ambiance actuelle, la journée qu’il venait de passer ou la musique elle-même, mais il ressentait cette petite boule dans la gorge et un sentiment de tristesse profonde l’envahit. Il n’écoutait pas ce que la chanteuse disait, mais il pensait à son passé, aux gens de son passé; il pensait à son frère, qu’il n’avait pas vu depuis des années, et qui lui manquait affreusement, il pensait à son premier amour, qui lui avait brisé le coeur à mille reprise, il pensait à Jude, et à leur petite histoire, à Lawrence, son meilleur et unique ami qu’il ne reverrait sans doute jamais, à Lila, à l’enfant qu’il avait eu avec elle et qu’il ne rencontrerait pas. Il ne savait pas ce que c’était, mais cette musique qu’il n’adorait pas particulièrement, lui donnait envie de pleurer.

« J’ai un peu froid, pas toi ? »

Le garçon releva les yeux brusquement, rencontrant ceux du jeune brun. Il le regarda un moment, clignant des yeux, tentant de revenir à la réalité. L’homme prit deux plaids dans le placard en dessous de la chaîne, et en posa un près d’Amadeus.

« Ouais. Merci. » répondit ce dernier, prenant le plaid et le posant sur ses genoux.

Il fixa le jeune homme devant la fenêtre qui semblait regarder le vide. La musique semblait faire partie du tableau, comme si c’était le vent dehors qui créait la mélodie.
Amadeus respirait plus fort à chaque reprise du refrain, fixait le sol, laissant la chaleur de la tasse posée sur son genoux lui brûler lentement la peau. Il se sentait assez étrange, plutôt mélancolique, un peu confus, très inconfortable. La légère couverture était douillette et lui tenait chaud, le café lui réchauffait les mains et le coeur, mais quelque chose semblait appuyer sur sa poitrine, l’étrangler, lui brouiller la vue. Il regarda le totem  toujours entre ses doigts, écoutant la musique d’une oreille.
Ses yeux retournaient au jeune homme, le détaillaient. Il ne l’avait pas observé jusqu’à présent, il réalisa. Il était grand - beaucoup plus grand que lui, avec des cheveux noirs et bouclés, un peu comme lui mais plus longs. Il caressait le petit totem d’un doigt, les yeux toujours cloués au jeune homme devant lui. Il se rendit compte qu’il ne savait même pas comment il s’appelait. C’était probablement le bon moment de lui demander.

« Au fait … Tu t’appelles comment ? » il lui demanda le plus aimablement possible, « Moi c’est Amadeus. »

Il avait la tête légèrement incliné, comme si la réponse à cette question l’intéressait vraiment, et au fond, elle l’intéressait vraiment. La musique pénétrait ses oreilles et son esprit et serrait son coeur très très fort. La mélodie lui semblait familière, il avait l’impression de l’avoir déjà entendue, dans le passé. Elle le berçait légèrement, faisait frissonner ses mains, picoter sa peau. Il ne parvenait pas à se concentrer sur ce son qui emplissait la pièce, trop distrait par ses propres pensées. Elles revenaient à son frère, à la manière qu’il l’avait perdu, à la personne à qui il l’avait perdu. Il avait tant envie de pleurer, se rendait compte à quel point ce garçon lui était important. Il tenta un petit sourire, un peu pour lui même, pour se rassurer sans doute.

« Dis, » commença t il, « J’ai l’impression de connaitre … C’est quoi ? »

Il avait les sourcils légèrement froncés, il tentait toujours de trouver où il avait déjà entendu ce morceau. Et pourquoi il lui faisait tant penser à son passé et le rendait si triste.
bloup:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lowarchive.forumactif.org
safari lunaire
Admin
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 08/05/2016

MessageSujet: Re: on a walkabout ▼ prio jay    Jeu 18 Jan - 22:16


« Enchanté Amadeus, je m'appelle Jay. »

Amadeus répéta ce nom plusieurs fois dans son esprit, essayant de le faire rentrer, de ne pas le laisser sortir de sa tête. Jay, c'était simple, c'était court, ça allait droit au but. Amadeus aimait bien ce prénom. Il est assez différent du sien, qui était tout l'inverse en fait ; long, compliqué, original ... Il fallait le répéter pour bien le comprendre, se relire au moins deux fois pour être sur qu'il était bien orthographié et il était très souvent écorché. Cette fois là cependant, Jay l'avait prononcé parfaitement, et sans aucune hésitation. Amadeus lui sourit, hochant la tête, comme pour signifier qu'il avait entendu et retenu son patronyme, même s'il savait que le jeune homme ne le regardait pas. Il semblait réfléchir, regardant par la fenêtre, prononçant quelques paroles inaudibles.
Le jeune artiste l’observait, avec des yeux un peu curieux,  comme s’il essayait de lire les pensées du jeune homme. Il semblait autre part, dans le temps ou dans l’espace, il voyait quelques chose qu’Amadeus ne voyait pas, entendait la musique d’une autre façon que lui.

« C'est Joan Baez. »

Amadeus fixait le sol, les sourcils froncés, répétant ce nom à demi-voix. Non, franchement, ce nom ne lui disait absolument rien. Il devait confondre avec autre chose.

« C'est une reprise de la chanson Famous Blue Raincoat de Léonard Cohen. »

Amadeus cligna des yeux, avant de les fermer, percutant soudainement. Bien sûr, Leonard Cohen, un des artistes préférés et plus écoutés de Jude … Il se souvenait d’Hallelujah, So Long Marianne, A Thousand Kisses Deep. De tous ces après-midi passées à ne faire rien d’autre qu’écouter d’une oreille tout en fumant et se caressant. Il ne trouvait pas cette version aussi bien que l’original, mais il l’appréciait, et elle le rendait tout aussi mélancolique. Cela faisait des années que ses oreilles n’avaient pas entendues cette mélodie. Il soupira, relevant les yeux vers l’homme qui regardait toujours dans le vague.

« Elle te plait ? Personnellement j'aime beaucoup cette version. J'aime aussi l'originale et j'ai une affection toute particulièrement pour la reprise de Tori Amos, mais celle de Joan est, pour moi, chargée de souvenir et de tendresse. »

Amadeus hocha la tête, même s’il savait que Jay ne le voyait pas. Il n’avait pas grand chose à dire, et surtout il ne savait pas vraiment quoi dire ou comment. Sa gorge était serrée, ses yeux lui picotaient et il devait prendre de grandes inspiration. Il posa un doigt sur sa nuque, réalisant que son coeur battait vraiment vite, puis commença à grignoter son pouce.

« Tu sais, cela arrive l'impression d'avoir déjà entendu une chanson écoutée pour la première fois. Il y a des musiques qui nous touchent avec simplicité et naturel, leur amenant quelque chose de familier. Soit qu'elles remuent en nous un vieux souvenir, une émotion enfouie, ou qu'elles vibrent avec la bonne fréquence, qu'elles résonnent avec la bonne note. La musique n'est pas qu'une nourriture pour l'âme, c'est aussi un manteau dont elle se vêt et un chemin qu'elle parcourt. »

Le jeune brun l’écoutait, ne comprenant pas exactement tout ce qu’il disait mais comprenant l’idée générale. Ce jeune homme avait la capacité de lui faire ressentir des émotions simplement avec les mots qu’il utilisait. Il releva les yeux vers Jay qui le regardait à présent, avec comme quelque chose de nouveau dans ses yeux.
Amadeus baissa le regard à nouveau, cherchant quelque chose où poser ses yeux. Il soupira finalement, posant sa tasse sur la table basse puis glissant une main dans sa poche de jean. Il sortit son paquet de cigarettes, par habitude, puis regarda le jeune homme, un petit sourire aux lèvres.

« Ca te dérange si je fume ? »


coucou:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lowarchive.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: on a walkabout ▼ prio jay    

Revenir en haut Aller en bas
 
on a walkabout ▼ prio jay
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I don't bite.. much.. [PRIO Arelan] [FINI]
» [Prio' Daryl] Les loups ne se mangent pas entre eux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
archives rpg :: personnages :: amadeus william everson-
Sauter vers: